Bébé Boum de Josée Bournival

bebe boum

Alors que la rentrée n’est plus qu’un lointain souvenir, que les feuilles d’automne se ramassent à la pelle et que l’on se tâte sérieusement à rallumer le chauffage, voici un petit retour sur une de mes dernières lectures de vacances. Quelque chose de léger, prêté par une bonne âme abonnée à France Loisirs (même si par principe, je ne suis pas du tout fan du concept de France Loisirs, j’ai embarqué le bouquin sans trop rechigner… aucun principe la fille…)

Alors, Bébé Boum, le pitch ?

Lili, enceinte pour la première fois, imagine ses neufs prochains mois comme un conte de fées. Pour Esther, c’est plus délicat… Elle attend un petit troisième d’un mari… vasectomisé ! Ce n’est pas mieux pour Frédérique : comment savoir lequel de ses deux amants est le père ? Pour Jeannine, en revanche, une nouvelle grossesse serait une indispensable rédemption…
Quatre femmes, quatre personnalités, pour un enchaînement de situations savoureuses, de sautes d’hormones cocasses et de rebondissements incessants !

Lire la suite »

Le diable au corps de Raymond Radiguet

Voici l’une de mes dernières lectures, plus classique, avec un roman que j’avais lu à l’école quand j’étais plus jeune, mais dont je ne me rappelai que vaguement.

diable au corps

Quelle histoire justement ?

Un dimanche d’avril 1917, François, seize ans, fait la connaissance de Marthe, dix-huit ans, qui est déjà fiancée à Jacques, soldat combattant sur le front. Une idylle s’ébauche entre les deux jeunes gens et lorsque Marthe, qui s’est mariée au cours d’une permission de Jacques, s’installe, seule, dans l’appartement conjugal, ils deviennent amants et commettent mille imprudences. Marthe s’aperçoit alors qu’elle est enceinte. C’est en enfant que va se conduire François dans une aventure d’homme.

Récit d’un amour adultère et tragique, ardent et sincère, Le Diable au corps est un chef d’œuvre qui fut porté à l’écran par Claude Autant-Lara, avec Micheline Presle et Gérard Philipe.

Et bien, même si j’en avais gardé un bon souvenir, j’ai eu un mal fou à me replonger dans l’histoire.

Bon, il faut dire aussi que la 4ème de couverture en dit beaucoup, voir même beaucoup trop, près de 90% de l’histoire y étant révélée, pour l’effet de surprise dans l’intrigue, on repassera…

Ce qui saute le plus aux yeux, c’est le caractère immature du personnage principal : Alors certes, c’est un gamin qui refuse voire n’arrive pas à grandir pour assumer ses actes et ses responsabilités de jeune homme, mais c’est aussi une formidable tête à claques doublée d’un pur égoïste. L’issue du livre est assez dramatique (un des 3 personnages principaux décèdera, mais lequel ? Lisez le livre, ha ha ha !!), ce qui mettra un point d’honneur à parachever le vil comportement de notre infantile héros.

Pour la petite anecdote, l’auteur s’est inspiré de son propre vécu puisqu’il a été l’amant d’Alice, une jeune femme mariée à un soldat parti au front lors de la première guerre mondiale.

Bon, j’avoue que j’avais envie d’un peu plus de romantisme et que je reste un peu sur ma faim suite à cette relecture…

Note : *****