Le premier jour du reste de ma vie de Virginie Grimaldi

premier jour du reste ma vie virginie grimaldiHello les bouquineurs de passage !

Plus qu’une poignée de jours avant de reprendre le rythme effréné de la rentrée. L’occasion idéale pour faire un point sur mes dernières lectures de vacances.

Sur le conseil de ma sœur L, j’ai, à mon tour (et encore mille ans après tout le monde), découvert les écrits de Virginie Grimaldi loués un peu partout sur la blogosphère.

Alors, alors, bonne idée de lecture pour passer un chouette moment sur sa serviette de plage ?

Petit point comme d’habitude sur la quatrième de couv :

Marie a tout préparé pour l’anniversaire de son mari : décoration de l’appartement, gâteaux, invités… Tout, y compris une surprise : à quarante ans, elle a décidé de le quitter. Marie a pris « un aller simple pour ailleurs ». Pour elle, c’est maintenant que tout commence. Vivre, enfin. Elle a donc réservé un billet sur un bateau de croisière pour faire le tour du monde. À bord, Marie rencontre deux femmes qui, elles aussi, sont à la croisée des chemins. Au fil de leurs aventures, parfois déjantées, elles pleurent et rient ensemble, à la reconquête du bonheur. Leurs vies à toutes les trois vont être transformées par cet étonnant voyage. 

D’emblée, j’étais un peu réticente et pas trop emballée par un roman se passant sur un bateau de croisière (c’est loin de l’idée que je me fais du paradis), mais bon, ma sœur me l’ayant vendu comme un vrai bon « feel good » bouquin, je l’ai acheté sur la route des vacances : et c’est vrai que çà se lit bien et sans déplaisir qui plus est.

En vrai, j’ai plutôt bien aimé ce livre : l’héroïne est hyper attachante (les références à  Bridget Jones ou encore Love actually me rendent toujours un peu chamallow) et surtout (point très important pour moi), Marie n’est pas une grosse nunuche. Un personnage principal qui a de la répartie, bien que réservé, qui s’est un peu laissé engourdir dans une vie monotone, sans passions et qui décide de tout plaquer pour se (re)découvrir, çà reste toujours tentant.

Alors oui, tous les grands piliers de la chick-lit y sont : le changement de vie, les rencontres incroyables desquelles naissent les amitiés éternelles, l’amouuuur (les fameux mecs odieux qui sont finalement adorables). Mais je ne sais pas, la mayonnaise a bien pris.

Il faut dire que la plume de Virginie Grimaldi y est pour beaucoup : légère et assez tonique, elle permet pas mal de répliques vives et drôles. La gouaille du personnage de Camille est, en ce sens, assez délectable.

Et puis un livre qui cite les paroles des chansons de Jean-Jacques Goldman peut-il être vraiment mauvais ? On est bien d’accord.

En tout cas, merci ma sœur pour ce conseil. J’ai passé un très bon moment à lire les aventures de Marie et ses cops et je me laisserai sûrement tenter par le petit dernier Tu comprendras quand tu seras plus grande.

Et vous, avez-vous eu l’occasion de le lire ?

Catégorie : *****

 

Les années douces T1 de Taniguchi et Kawakami

les annees douces
Vous avez demandé une photo mochouille, ne quittez pas…

Hello les bouquineurs !

Une note rapide aujourd’hui pour vous parler d’un bien joli manga. Comment çà « pouah, un manga ! ». Ah mais attendez, ne fuyez pas ! Regardez la sobriété de cette couverture avec ces 2 personnages tout en retenue, et puis, rien que le titre, Les années douces, çà donne envie non ?

Le petit topo de la 4ème de couv ?

« Siroter du saké, l’un à côté de l’autre, dans notre habituel troquet… c’est plutôt cela notre style de rencontre. Je dis « rencontre », mais en fait, nous ne nous fixons pas rendez-vous. Nous nous retrouvons par hasard, à la même heure, au même endroit. »

Une accroche qui m’a d’emblée conquise : Qui était ce « couple » qui se retrouvait par hasard ? Pourquoi se voyaient-ils, qu’y avait-il entre eux ? C’est toute l’intrigue de ce premier tome.

Tsukiko est une jeune femme de 37 ans. Célibataire, sans enfant, elle vit seule et a un peu de mal avec les hommes. Non qu’elle soit repoussante, mais un peu trop cérébrale, elle ne se laisse pas trop débordée par la pasiòn. Mais elle aime bien sortir le soir dans les bars pour boire un petit coup, s’enivrer, manger un bon petit plat. Au hasard d’une de ses sorties, elle est apostrophée par son ancien professeur de japonais, qu’elle nommera tout au long « le maître », de 30 ans son aîné. Appréciant la présence réciproque de l’autre, ils se rencontreront de plus en plus fréquemment.

Je ne sais pas ce qui m’a le plus plu dans ce livre : l’ambiance imprégnée de nostalgie, la grande solitude de ces 2 êtres qui se trouvent et qui prennent plaisir à passer du temps ensemble pour partager des choses simples : un verre de saké chaud, des plats savoureux ou des anecdotes de vie.

Bon, il faut être honnête, il ne se passe pas mille choses dans ce livre. Le récit se concentre avant tout sur la relation entre le maître et son ancien élève, dépeignant le quotidien plutôt banal de nos 2 anti-héros. Évocation de souvenirs, contemplation de la nature, l’histoire prend son temps, avance doucement, à l’instar des sentiments de nos deux compères.

Ce manga, inspiré du roman de Hiromi Kawakami, a été mis en images par Jirô Taniguchi. Je ne suis pas du tout une experte en dessin, mais je me disais bien que le trait me disait quelque chose. Et effectivement, il s’agit du mangata qui a fait Quartier Lointain, dont on retrouve un peu la nostalgie d’ailleurs.

Une fois terminé, j’ai été un peu triste de fermer ce livre, gagnée par cette mélancolie ambiante. J’avais envie de rester avec Tsukiko et le maître, de savoir sur quoi leur relation allait aboutir : relation amoureuse ? amitié ?

Je viens d’emprunter la suite, je vous en parle très vite !

Note :*****

Bridget Jones, Folle de lui de Helen Fielding

Bridget Jones Folle de lui Helen Fielding

Hello les bouquineurs !

Et voilà, c’est la rentrée et après avoir fait le plein de soleil et surtout le plein de lectures, me revoici pour vous parler de quoi ? En vrai, j’aurais aimé vous faire un billet intelligent sur tout ce qui me bouleverse et m’horrifie depuis ces derniers jours sur le traitement indigne que subissent les réfugiés en Europe mais je ne m’en sens pas capable, pas sûre de trouver les bons mots. Alors, je reste sur un thème que je connais : les livres.

De la futilité donc avec le dernier Bridget Jones qui plus est. Tant d’attentes, d’espoirs et de craintes mêlés avant de l’entamer… Et qu’en est-il alors ?

Petit point d’abord sur la 4ème de couverture :

Que faire lorsque votre toy boy fête ses 30 ans le soir où votre meilleure amie célèbre ses 60 ans ?
Est-il moralement condamnable d’aller chez le coiffeur quand vos enfants ont attrapé des poux ?
Est-ce mal de tricher sur son âge sur les sites de rencontre ?

Confrontée à ces graves problèmes, et à quelques autres non moins angoissants, Bridget relève courageusement le défi d’élever seule deux jeunes enfants, d’apprendre à maîtriser tweets et textos et, surtout, redécouvre sa sexualité à l’heure de – aïe ! le mot qui fâche – l’âge mûr.

À la fois tendre, touchant, mélancolique et absolument hilarant, le retour tant attendu de notre Anglaise préférée.

Quand j’ai entendu parler, il y a quelques mois, de la sortie du nouveau Bridget Jones, j’ai sauté au plafond de joie. « Hourra, she’s back !  » jubilais-je alors. Puis, j’ai entendu que Bridget était quinqua (Why not) et surtout qu’Helen Fielding avait liquidé Mark Darcy. « What the fuck !!!  » ai-je aussitôt braillé en mon for intérieur (oui, je peux être un poil grossière quand je me parle à moi même).
Quand même, Bridget, veuve qui a un toy boy, est-ce que tout cela n’était pas un peu ridicule ? Lire la suite »

La femme au carnet rouge d’Antoine Laurain

femme carnet rouge

Envie de vous pendre après avoir regardé les infos ?
Un peu de douceur alors dans ce monde de brutes avec un livre que j’avais aperçu en broché chez ma sœur l’année dernière. Le titre m’avait interpellé et carrément donné envie. Et puis, le temps est passé, je n’y ai plus pensé jusqu’à ce que mes yeux tombent sur cette très chouette couverture en poche.

Et justement, qu’en dit la 4ème de couverture ?

Un matin à Paris, alors qu’il ouvre sa librairie, Laurent Letellier découvre dans la rue un sac à main abandonné.

Curieux, il en fait l’inventaire et découvre, faute de papiers d’identité, une foule d’objets personnels : photos, parfum… et un carnet rouge rempli de notes. Désireux de retrouver la propriétaire du sac, Laurent s’improvise détective. À mesure qu’il déchiffre les pages du carnet contenant les pensées intimes de l’inconnue, le jeu de piste se mue progressivement en une quête amoureuse qui va chambouler leurs vies.

Alors oui, d’emblée, on pourrait trouver quelques défauts à ce livre : Lui… Elle… Paris… Une histoire un peu convenue, des personnages et une description de la capitale un peu clichés. Peut-être bien, mais c’est aussi ce qui permet de plonger à fond dans l’histoire. On s’attache aux personnages et on sent d’ailleurs que l’auteur a pris plaisir à les dépeindre. Quelques éléments sont un peu trop appuyés (Laure et Laurent, carnet rouge et cahier rouge), un peu plus que des signes du destin.

Et même si la fin semble hautement prévisible, j’avoue que j’ai été complètement charmée et je me suis laissée embarquée par cette histoire avec plaisir, je l’ai savourée jusqu’à la dernière page. Peut être suis-je un peu chamallow en ce moment.

Au-delà de la quête amoureuse et de la romance, c’est également un livre où il est question de nos choix de vies, de la nostalgie du passé et de l’importance d’aller de l’avant pour tenter de se réaliser. Lire la suite »

Bébé Boum de Josée Bournival

bebe boum

Alors que la rentrée n’est plus qu’un lointain souvenir, que les feuilles d’automne se ramassent à la pelle et que l’on se tâte sérieusement à rallumer le chauffage, voici un petit retour sur une de mes dernières lectures de vacances. Quelque chose de léger, prêté par une bonne âme abonnée à France Loisirs (même si par principe, je ne suis pas du tout fan du concept de France Loisirs, j’ai embarqué le bouquin sans trop rechigner… aucun principe la fille…)

Alors, Bébé Boum, le pitch ?

Lili, enceinte pour la première fois, imagine ses neufs prochains mois comme un conte de fées. Pour Esther, c’est plus délicat… Elle attend un petit troisième d’un mari… vasectomisé ! Ce n’est pas mieux pour Frédérique : comment savoir lequel de ses deux amants est le père ? Pour Jeannine, en revanche, une nouvelle grossesse serait une indispensable rédemption…
Quatre femmes, quatre personnalités, pour un enchaînement de situations savoureuses, de sautes d’hormones cocasses et de rebondissements incessants !

Lire la suite »